[Republication]

 

 

 Je pensais que c'était un roman. En fait, non. Il s'agit du scénario du film d'Alain Resnais, écrit par Marguerite Duras. D'emblée, l'ambiance "ciné" me refroidit mais je vais jusqu'au bout. Finalement, j'ai adoré. Tout est très simple, épuré, sous-entendu mais fort de sens.

 

Il s'agit d'un dialogue entre "Elle" et "Lui". Elle est Française et vient de Nevers. Lui est Japonais et vient d'Hiroshima. Leur liaison est officieuse, éphémère et vouée à l'échec. Elle est actrice et tourne un film sur Hiroshima, sur la paix. Les scènes dialoguées mettent en relation le destin funeste actuel des Japonais (répercussions des bombes) et le passé douloureux de cette femme. On comprend qu'elle a couché avec l'occupant quand elle était jeune et qu'elle a été tondue et humiliée. C'est surtout une histoire d'amour plus que de coucherie dont elle témoigne. Veuve inconsolable qui voit en chaque homme le fantôme de cet amant perdu. Parallèlement et en arrière-plan, on a les  images insoutenables d'Hiroshima, de la guerre (corps calcinés, démembrés...)

 

 

Le texte mêle simultanément deux atmosphères contradictoires visibles directement dans le titre: d'une part, on trouve l'horreur de la guerre, de l'injustice, de la mort que le non seul d'Hiroshima implique. D'autre part, il y a une ambiance beaucoup plus lyrique avec les sentiments déclamés par chacun des personnages, les histoires d'un amour passé, présent et éternel, éléments que contient la seconde partie du titre "mon amour".

rose noire

 

 

Lui et Elle sont anonymes pour laisser place à l'universalité et permettre aisément l'identification du lecteur-spectateur quelle que soit l'époque. 

 

Je trouve cela pertinent d'avoir lu ce scénario avant d'avoir vu le film. Je suis devenue en l'espace de quelques pages, et le moment d'une lecture, réalisatrice. Grâce à toutes les indications scéniques, j'ai incarné Alain Resnais.

 

 Il ne me reste plus qu'à visionner le film pour comparer mon film au leur.