En furetant sur le site de Kobo, je suis tombée sur une offre alléchante: 3 thrillers pour le prix de deux. J'ai donc acheté un ebook intitulé L'assassin de la gare d'Agnès Ruiz. Ce roman, même si je l'ai profondément détesté, me permet d'investir pour la deuxième fois le challenge de Philippe "Lire sous la contrainte" dont le thème est "méchant".

liresous

Le titre m'a inspirée car j'habite à 5minutes d'une gare et l'idée de me terroriser encore plus m'a plu. Après lecture, je n'ai pas plus peur de me faire poignarder près de la gare.

14718413_1794470074173835_4290856024455249920_n

Un type suit une nana pour la tuer. Il aime décider de la mort de l'autre. Il aime sentir le corps qui devient inerte. Mais, ce qu'il aime encore plus c'est regarder l'autre mourir, le regarder droit dans les yeux et l'avoir à sa merci pour l'éternité. C'est ainsi qu'il agit à chaque fois. Sauf pour la dernière qui ne lui offre pas ce dernier regard. Il sent alors qu'il échoue. Sa proie a résisté jusqu'au bout. 

Un couple arrive et découvre le corps. La police arrive et Rachel l'enquêtrice va pouvoir faire son boulot. Un sdf a été le témoin de la scène. Témoin ou complice? Victime ou coupable? On le sait rapidement car il n'y a aucun suspense. L'histoire est cousue de fil blanc. Il n'y a aucun intérêt. 

Les dialogues n'ont aucune profondeur et les personnages ne sont que des coquilles vides (et je ne parle pas de leurs noms...Jean-François Millet, Blaise Tournecoing...). Les personnages sont si mal campés que même le tueur en série ne semble pas antipathique. Bons ou méchants, je leur suis restée indifférente, neutre tout au long  de l'histoire.

Ce n'est pas très bien écrit. On dirait une parodie de certaines mauvaises séries policières françaises ou allemandes.

On a plus l'impression de lire une rédaction d'élève qu'un vrai roman. On peut le caractériser de "roman" mais je le range plutôt dans la catégorie "nouvelle". Quant au thriller, hormis la scène du poignardement, il n'y a rien de très haletant.