jocasteLes enfants de Jocaste est un  essai de Christiane Olivier. Cette femme est psychanalyste et a décidé de mettre en avant la figure féminine du fameux complexe d'Oedipe. J'ai acheté ce livre car au programme de terminale, Oedipe Roi figure parmi les oeuvres à étudier. Je m'étais dit que je pourrais me servir de l'essai de Christiane Olivier pour aborder Oedipe, Jocaste, la psychanalyse...

Le mythe antique, la pièce de Sophocle.

 

oedipeLaïos et Jocaste, le couple royal de Thèbes, ont un enfant Oedipe. En consultant l'oracle de Delphes, ils apprennent que leur petit Oedipe tuera son père et enfantera sa mère. Pour échapper au destin, Laïos abandonne son fils sur le Mont Cithéron. Un berger trouve l'enfant et le rapporte à Corinthe, auprès du roi et de la reine, Polybe et Mérope. Jeune adulte, Oedipe décide de consulter l'oracle de Delphes. L'oracle lui révèle la même prophétie que celle qui avait été dévoilée à Jocaste et à Laios: il tuera son père et couchera avec sa mère. Par voie de conséquence, il décide de ne plus revenir à Corinthe pour ne pas accomplir le double crime. En chemin, à un croisement, il rencontre un homme qui l'exhorte à se pousser. Par orgueil, Oedipe refuse. Un combat commence donc entre les deux. Oedipe en sort vainqueur. (et oui, mec, tu viens de buter ton père...) Au fil du temps, il v arriver vers Thèbes mais un monstre emprisonne la ville. Pour accéder à la ville de Thèbes, il doit répondre à l'énigme de la Sphinge. Qu'est-ce qui est à 4 pattes le matin, sur deux pattes le midi et sur 3 le soir? (les intitulés varient selon les traductions): par sa juste réponse -l'homme-, Oedipe remporte de nouveau le combat et la Sphinge se jette de la falaise, libérant ainsi la ville. Pour le récompenser, on lui offre le trône de Laïos laissé vacant depuis son départ définitif et on lui présente Jocaste qu'il doit épouser. (et oui, gamin, tu vas coucher avec ta mère). Après le mariage de Jocaste et d'Oedipe, la peste ravage la ville. C'est à ce moment-là que commence la pièce de Sophocle: le choeur se répand en lamentations suite aux morts et à la destruction de la ville par la peste. Oedipe mène donc une enquête: on lui dit que la peste est à l'origine d'une souillure. Il enquête donc sur cette fameuse souillure, fait appel à l'aveugle voyant, Tirésias, qui lui révèle qu'il est l'assassin qu'il cherche. Il reuse de voir la vérité en face et en rassemblant les indices un à un, en faisant venir divers témoins, il se rend compte qu'il est à la fois enquêteur et criminel, le mari et le fils de Jocaste, le frère et le père de ses enfants. Il a bel et bien commis deux crimes: le parricide et l'inceste. Lorsque Jocaste se rend compte qu'elle a épousé et a fait des enfants à son propre fils, elle se pend. A la fin de la pièce, Oedipe se crève les yeux pour ne plus voir. Il sort de la ville accompagné de sa fille Antigone.

Ce qu'en a fait Pasolini (c'est au programme... donc j'en profite)

Pasolini, dans son film Oedipe Roi tourné dans les années 60, réécrit le mythe de Sophocle. Il joue sur les différentes époques et construit son film en trois temps. Le prologue se situe dans les années 1920 au cours duquel on voit la naissance d'Oedipe et la rivalité qui s'installe entre le père et le fils. Le père, par jalousie, décide d'abandonner l'enfant dans un désert. Et là, nous changeons d'époque. Nous sommes dans un désert, sous l'Antiquité: deux personnages se font face, se croisent: l'un vient d'abandonner un enfant attaché par les pieds (comme dans l'histoire) et l'autre se dirige vers cet enfant abandonné qu'il rapporte à Thèbes. Pasolini reprend les mêmes mythèmes: l'adoption, l'oracle, l'énonciation de la prophétie. On voit vraiment Oedipe tuer son père. Le combat dure des plombes et nous dépeint un Oedipe violent, sauvage. On retrouve bien la sphinge mais au lieu de répondre à son énigme, Oedipe lui dit qu'il ne veut pas savoir la question, qu'il ne veut rien entendre. Il ne combat pas la sphinge spirituellement ou grâce à son intelligence mais par sa violence. Il rencontre Jocaste, tout de blanc vêtue. On les voit au lit, prendre du plaisir alors que nous savon, spectateurs, que c'est maaaaaaaaaaaaal! Et puis, le film suit la chronologie Sophoclienne: la peste, l'enquête, la vérité, le suicide de Jocaste et le châtiment d'Oedipe. Une fois Oedipe sorti de la ville, nous changeons d'époque. Et, nous nous retrouvons dans les années 60. Oedipe est dans une ville italienne accompagné d'Angelo, son ange-gardien (celui qui jouait le rôle du messager dans le film). Cet épilogue montre bien la pérennité et l'universalité du mythe.

Ce qu'en a fait Freud

sigmund-freud-26905296Freud a parlé du complexe d'Oedipe. Par cette expression, il désigne l'attachement érotique ou amoureux du jeune enfant envers le parent du sexe opposé. L'enfant devient jaloux, rivalise avec le parent du même sexe pour posséder pleinement celui pour lequel il s'est épris. Le complexe d'Oedipe dure les 5 premières années de l'enfance. C'est une façon pour l'enfant de se structurer. Normalement, si tout va bien, il se détache de l'amour parental pour aller le chercher auprès de ses petits camarades d'école. 

Ce qu'en fait Christiane Olivier

sphinxA juste titre, Christiane Olivier a rebondi sur les travaux freudiens qui mettaient en valeur la place de l'enfant au sein de cette relation. Dans son essai Les enfants de Jocaste, elle met en pleine lumière Jocaste, la mère. Elle insiste sur la présence maternelle et sur le fait que la mère, dans ce fameux complexe d'Oedipe freudien, joue aussi un rôle important. La mère fusionne avec son enfant, d'abord anatomiquement (le fait de le porter, d'être reliée à lui par le cordon) mis aussi structurellement. La femme enceinte ne fait qu'un avec son enfant. En accouchant, en le mettant au monde, elle se sépare, elle "divorce" du "fruit de ses entrailles". Ce vide, ce manque, elle va avoir besoin de le combler en se rapprochant, en tentant de simuler la fusion, en gardant cet enfant et de s'ériger en sphinge.  En gros, c'est ce que j'ai retenu...

Ce livre aurait pu être intéressant s'il avait été plus court. C'est souvent le souci avec les bouquins de psychanalyse, on a l'impression de redites sempiternelles. Plus de deux cents pages pour exprimer ce qui aurait tenu en 20, c'est un peu longuet quand même. Peut-être que pour quelqu'un qui est féru de psychanalyse, d'explications du système psychique et de dizaines d'exemples qui prouvent une seule et même chose, ce livre plairait. Pour moi, il faut que ça aille vite, qu'on m'explique en peu de mots... Dès que le contenu est un peu psychologique, psychanalytique, scientifique, je veux du concis, du synthétique. J'avais déjà eu cette impression-là avec les 5 leçons sur la psychanalyse de Freud. J'aime bien la psychanalyse et l'explication de certains phénomènes, mais quand il s'agit de rabâcher les mêmes choses des quinzaines de fois dans le  même bouquin, je sature.

Ce livre me permet de valider deux challenges:

- Celui d'Enna: Le petit Bac 

lpb

- Celui de Philippe: Lire sous la contrainte

liresous