J'avais lu un article d'Onee du blog La bibli d'Onee, sur Margaret Atwood il y a quelques temps. L'article était tellement convaincant que j'ai acheté La femme comestible et La servante écarlate. Visiblement, l'article était mieux réussi que le roman.

ATWOOD

Nous sommes dans les années 60 dans une Amérique très conservatrice, très puritaine. Marian vit en collocation avec Ainsley, une jeune femme dépravée. Marian est en couple mais ne veut pas d'union, tout comme son cher et tendre. Les deux sont bien "comme ça" et ne veulent pas s'attacher, se lier, se menotter à un contrat, à un mariage qui semble être un véritable virus, une maladie à laquelle tous leurs amis sont en train de succomber. 

On suit le quotidien de Marian qui partage son temps entre son travail de "démarcheuse marketting", sa colocataire débauchée, ses collègues superficielles, sa meilleure amie mariée, bien rangée, mère de famille enceinte rongée par la monotonie de son existence. Et puis, il y a la rencontre farfelue, étrange, passionnée avec un autre jeune homme... Marian, la jeune femme bien sous tout rapport trompe Mister Perfect avec un artiste un peu déluré.

16788922_101887697006889_4716761242272792576_nEt puis, Peter (le mec officiel de Marian... je ne suis même plus sûre que c'est le bon prénom) la demande en mariage. Et là, Marian panique. Puis se fait une raison. Après, j'ai perdu le fil de la narration. Et comme lorsque je n'aime pas spécialement un bouquin, j'oublie ce qui s'y déroule. Il me semble qu'à un moment donné, elle picole et est complètement biturée. C'est le seul instant qui m'a sortie de ma lecture léthargique. Je ne sais même plus quand cette biture a lieu: avant la demande? Après? Après l'aventure avec l'amant?

Je n'ai vu aucun intérêt à cette lecture. Je dois encore me taper La servante écarlate... J'ai peur de lire les mêmes fadaises.

Ce roman mièvre me permet de valider une participation  au challenge d'Enna Le petit Bac

lpb

Catégorie : Aliment La femme COMESTIBLE