84, charring cross road est un recueil de lettres d'Helene Hanff publié en 1970. On ne peut pas parler de roman épistolaire dans la mesure où les lettres sont réelles et elles ont été publiées. Les personnages ne sont pas fictifs puisqu'on a bien la signature d'Helene Hanff, son adresse. Et, à la fin du livre, on a les remerciements d'H. Hanff à la famille de Franck (son destinataire) qui a donné les droits et l'autorisation à la publication des correspondances... 

_critureComme je le disais, 84 charring cross road est une correspondance entre une Américaine, Helene Hanff et d'un libraire Anglais, Franck. Si aujourd'hui, nous utilisons les sites internet pour acheter des livres, dans les années d'après-guerre, les clients échangent par courrier, achètent à distance. Helene Hanff est une cliente assidue et commande des livres rares auprès de Franck Doel un libraire attentif, passionné, travaillant au sein de Marks and co. Outre l'échange de "marchandises", se développe une relation épistolaire intense où par le biais et le pont commun littéraire qui les relie, ils vont parler de leur vie. Les achats d'Helene demeurent un prétexte préambulaire aux lettres; leur passion commune pour la littérature, les livres et leurs auteurs leur permet de communiquer et de les unir malgré la distance et par-delà l'Atlantique; enfin, ce qui fonde leur correspondance, c'est l'attachement qu'ils ressentent l'un pour lautre. Ce ne sont pas des lettres d'amour puisque chacun a sa vie mais plutôt  une entente parfaite, et davantage une amitié à distance. En plus des jolies lettres, informatives, intellectuelles et intimes qui sont envoyées, on sait qu'Helene Hanff procure à Franck, aux autres libraires, à leurs familles des denrées alimenatires puisqu'à l'époque l'Angleterre est rationnée. Suite à ces colis gastronomiques, c'est la famille entière de Franck Doel ainsi que ses collègues qui envoient des messages de gratitude, de remerciements à notre Américaine. On n'a pas qu'un seul échange strict entre Helene et Franck mais bien entre Helene et plusieurs destinataires où chacun va trouver un moyen d'expression. Par cet assemblage de lettres, on réusisit à comprendre les différentes existences de part et d'autre de l'Atlantique. On entre subrepticement dans le quotidien de chaque personnage. En lisant ces lettres réelles, on devient spectateur de ces vies minuscules qui prennent toute leur importance grâce au zoom de la relation épistolaire qui s'effectue au fil de nos pages. Grâce aux lettres, on entre dans l'intimité; une intimité limitée malgré tout. On est un peu voyeur.

styloEn lisant des romans épistolaires ou des correspondances, j'ai toujours l'impression de regarder par le trou d'une serrure: on voit ce qui se passe de l'autre côté de la porte, sans être vu. Même si la vue est limitée, on réussit à saisir des bribes d'existence, des moments de vie. Oui, c'est ça...la lettre est une vision de serrure: elle donne à voir une partie d'un tout: offrant à la vue assez d'éléments pour que l'on comprenne mais nous refuse l'accès à ce qu'il y a dans le hors-champ qui correspond à l'intimité pure des êtres, des moments intimes qui leur appartiennent et qui ne nous regardent pas.

C'est ce qui me plaît dans l'écriture et la lecture de lettres: on dit sans dire, on distille quelques sentiments sans faire du déballage. J'aime les lettres et la correspondance (manuscrite, numérique...). Je dis souvent que j'aime écrire mais je ne peux pas le faire à partir de rien. J'aime écrire sur. J'aime surtout écrire à.

84 charring cross road valide deux challenges:

- Le petit Bac d'Enna: Lieu: 84 CHARRING CROSS ROAD

lpb

- Le mien: En toutes lettres.

entouteslettres