Depuis que je me suis mise à la lecture de thrillers, de romans policiers, de romans noirs -c'est-à-dire depuis 8 mois-, je ne m'arrête plus. J'ai découvert des atmosphères que j'aime beaucoup et une attirance glauque pour le macabre alors que me définissais vraiment jusqu'alors comme une poltronne (poltronne pas pochtronne). Je suis tombée sur des pépites...

... mais aussi sur des nullités sans nom:

Le roman Ne pleure plus de Joy Fielding va tout droit dans le deuxième catégorie.

Bonnie est en couple avec Rod. Ensemble, ils ont une petite fille de trois ans. L'ex-femme de Rod, Joan, est une alcoolique qui a tendance à harceler le couple. Et puis un beau jour, Joan appelle Bonnie. Elle est sobre et lui assure qu'elle a une révélation à lui faire. Elle lui apprend qu'elle et Amanda sont en danger. Elle lui donne rendez-vous pour pouvoir lui en dire plus. Et lorsque Bonnie arrive sur les lieux, elle retrouve Joan morte. Le problème, c'est qu'il y a un témoin qui voit Bonnie les mains ensanglantées, penchée sur le cadavre de Joan. L'interprétation va alors de soi. La criminelle ne peut être que Bonnie. Elle va donc chercher à se défendre. La police enquête, la suspecte puis la laisse tomber. Dans les affaires de Joan, certains noms apparaissent: un prof du fils de Joan qui est aussi un collègue de Bonnie, le nom du frère de Bonnie, un ancien rebelle et ex-taulard. Parallèlement à l'enquête officielle, Bonnie va faire sa propre investigation. Elle est prof mais visiblement elle passe plus son temps en filature ou à s'occuper de sa fille Amanda et de ses beaux-enfants. Pour le réalisme, on repassera. Les aventures et les rebondissements s'enchaînent (les tromperies de Rod, les crises d'adolescence des deux beaux-enfants, la petite Amanda qui se voit menacée au jardin d'enfants, d'autres meurtres...) mais le tout retombe comme un soufflé. On étire le temps pour créer un suspense mais cela ne prend pas. On se rend bien compte des subterfuges et de la supercherie de Joy Fielding. 

17882709_782854748530526_5506831664761798656_n

Il y a beaucoup de longueurs qui ne mènent à rien. Certaines descriptions n'apportent rien à l'intrigue. Quelques scènes érotiques sont décrites et franchement à défaut d'avoir un vrai roman noir comme le laisse supposer la couverture du roman, on glisse véritablement vers le rose bonbon. Le suspense n'est pas haletant. Le style est convenable. L'intrigue ne casse pas des briques. La fin relève un peu le niveau du roman; de toute façon il était difficilement concevable de faire pire. Les derniers chapitres sont un peu plus sombres donc plus intéressants. Le reste n'est que bouillie de guimauve. Beaucoup de clichés et de défauts qui font de ce"polar au suspense psychologique oppressant" (oh la belle promesse de Pocket) un roman policier sans grand intérêt.