tanizaki

J'aime beaucoup la littérature asiatique. Je suis toujours soufflée par le style délicat et poétique, la pudeur, la retenue de l'expression. J'ai lu pas mal de livres de Tanizaki et j'ai toujours bien aimé sa façon d'écrire ainsi que ses textes. Avec Le meurtre d'O-Tsuya, je n'ai rien retrouvé de tout ce que j'aimais et qui me plaisait chez Tanizaki.

Shinsuke tombe amoureux de la fille de son patron, la sublime O-Tsuya. Il n'ose pas dévoiler son amour, par la peur d'être repoussé et surtout à cause de la situation sociale différente qui fait barrière dans la société japonaise de l'époque. Il décide donc de fuir avec la jeune fille et avec la caisse de l'entrepise. Double larcin. Le jeune couple va être "aidé" par Seiji qui promet de jouer l'intermédiaire entre les jeunes gens et les familles, il leur promet que rapidement leur union sera acceptée puis officialisée. Le temps s'étire sans que la situation ne bouge. Seiji n'est-il pas un manipulateur qui se joue de la faiblesse et de la jeunesse des jeunes tourtereaux.  Il fera tomber Shinsuke dans un piège... Et pour se défendre, Shinsuke va tuer un homme. Quand il rentre auprès de sa dulcinée, celle-ci a disparu...

L'histoire n'est pas très bien racontée et je n'ai pas trouvé ce que je cherchais. En revanche, la description du monde des geishas est joliment exposée et c'est le seul détail qui m'ait plu.

Avec cette lecture en demi-teinte, je valide le challenge d'Enna; dans la catégorie MORT: Le MEURTRE d'O-Tsuya

lpb