Marie est une nouvelle d'Alexandre Dumas qui s'oppose diamétralement à la nouvelle Une amazone dont j'ai parlé ici. On retrouve le même personnage féminin de Marie déjà présente dans Une amazone. Peut-être est-ce la même? Peut-être est-ce une autre? Nul ne le sait. Pourtant on retrouve bien la même image de la femme: fragile, douce, vulnérable...A moins que dans l'esprit très dumassien, être Marie -être une Marie- est une forme d'allégorie de la femme. Perception virginale de la femme? Symboliquement, tout porte à le croire.

Cette nouvelle me permet ainsi de valider les deux mêmes challenges que la nouvelle Une amazone:

lpbtrilogiesCelui d'Enna, Le petit bac, dans la catégorie "Prénom". Ligne 2...Et, celui de Philippe, trilogie de l'été. 2/3

 

 

 

 

L'histoire de Marie, m'a moyennement plu. Forcément, la pauvre cruche abandonnée par son soupirant qui préfère mourir que de subir l'affront, me touchera moins que la nana qui malmène les hommes... Bref. Elle va être recueillie par un jeune homme qui tente de la sauver, qui écoute la Marie picheline pendant une paye. Bla bla bla. Les jérémiades, ça va un temps. Après, ça me gonfle assez rapidement. Pour réparer l'humiliation, pour sauver l'honneur, Marie fait appel à son petit papounet qui va affronter en duel le méchant briseur de coeur (ouh le vilain! il n'est pas gentil). Le duel, comme chez nos potos du Moyen-âge, dure trois plombes. Et bim, fin de l'histoire. Un mort. Je ne vous dirai pas qui c'est qui est mort... J'ai trouvé cette histoire un peu nunuche, la Marie un peu neu-neu.

Le point positif? J'ai beaucoup aimé le style et la façon de raconter de Dumas. Toute l'histoire de la rencontre entre le jeune homme et Marie n'est pas sans rappeler le roman de Marivaux La vie de Marianne.  De Marie à Marianne, il n'y a que que deux syllabes, trois phonèmes, c'est-à-dire pas grand-chose... Si chez Mariaux, tout est perçu par la jeune femme, ici, c'est le jeune homme qui voit. Les deux textes se complètent de façon assez singulière. Hasard? Clin d'oeil?

DUMAS_UNE AMAZONE