19535256_535952153461337_5795044697835569152_nJ'ai découvert M.C Beaton et sa série des Agatha Raisin enquête sur Kobo. Parfois je suis attirée par un visuel et je lis un extrait. Quand la couverture est un peu "girly", je suis souvent déçue. J'ai commencé la lecture sans avoir de trop hautes ambitions. Et j'ai été surprise. Donc j'ai acheté trois tomes de cette saga.

 

 

 

Agatha Raisin est une femme d'affaires réputée qui part à la retraite. La retraite est à prendre autant au sens professionnel qu'au sens premier du terme. Notre Agatha se retrouve donc loin de la cohue londonienne et cherche à aller respirer dans un havre de paix, un petit cottage situé dans un petit village des Cotswolds. Elle tente de s'intégrer dans ce petit univers. Le problème, c'est qu'Agatha est assez maladroite, un peu imbue, antipathique en somme. Elle cherche moins à se rallier aux villageoises que leur montrer qu'elle est la meilleure en tout. Pour montrer à tous et à toutes qu'elle les surpasse, qu'elle est au-dessus de la populace, elle saisit la chance au vol: un concours de la meilleure quiche est organisé. Dans sa tête, c'est clair: elle veut, elle doit, elle va remporter haut-la main ce défi. On va l'adorer, l'aduler, l'admirer. Le souci, c'est qu'Agatha Raisin est une buisiness-woman, une working-girl, et non une desperate housewife (je hais les anglicismes mais comme c'est un roman britanique, j'en profite...). Rien ne fait peur à notre Agatha, rien n'est insurpassable, rien ne lui est impossible: elle ne va pas confectionner la quiche. Elle ne va pas s'abaisser à faire cette chose triviale: la cuisine. En réalité, elle ne sait pas cuisiner; si elle veut remporter ce concours, elle doit la faire faire. Alors, elle achète une quiche chez un traiteur renommé de Londres que les bouseux des Cotswolds ne connaissent pas. Et, elle participe à ce concours en apportant la quiche achetée.

amegraphique

Elle est sûre d'elle. Elle sait qu'elle va gagner. Le prolème, c'est que le jury principal de ce concours est aussi l'amant d'une des participantes. Les dés sont pipés, les dés sont jetés, alea jacta est (après une année de latin... j'ai des relents): Agatha perd. La Raisin perd la raison et enrage. La nuit passe. On se retrouve le lendemain avec un mort sur les bras. L'arbitre de la compétition qui a ramené chez lui la part d'Agatha, meurt subitement. Le verdict arrive très rapidement par les scientifiques: la quiche était empoisonnée. On soupçonne Agatha d'être une meurtrière.  On ne l'aimait éjà pas beaucoup au village. On la déteste désormais. Elle doit passer aux aveux. Au début, on pense vraiment que pour garder son intégrité, laisser son honneur intact et sa fierté sans tache, elle est prête à assumer ce rôle de meurtrière ou du moins de suspecte numéro 1. Lorsque le flic lui demande de faire une quiche sous ses yeux, Agatha perd ses moyens et est obligée d'avouer la monstrueuse, et honteuse vérité abominable et himiliante: elle a triché... La police décide de mener une enquête plus approfondie. Et pour se racheter, Agatha décide aussi de mener son enquête en solo pour.... pouvoir être adorée, admirée, adulée par le village parce qu'elle aura montré à tous sa perspicacité, son intelligence, ... 

C'est une lecture sympathique. Si on recherche un vrai bouquin policier, il faut passer son chemin. Je crois qu'il ne faut rien attendre de ce roman à part passer un bon moment. J'ai adoré le style très "british" avec le cynisme, l'ironie, le second degré, l'humour très anglais. Le personnage est tellement antipathique que ça pimente l'hsitoire un peu bateau. On ne lit pas pour savoir le dénouement on lit pour pouvoir voir jusqu'où va cette Miss Marple très contemporaine, très moderne, très rock and roll. C'est frais, c'est estival. 

Ce livre me permet de cumuler deux challenges:

celui d'Enna, Le petit bac: Agatha Raisin enquête : la QUICHE fatale. (aliment, ligne 4)

lpb

trilogiesCelui de Philippe: trilogie de l'été (1/3)