20482533_262200500944522_7839014226638143488_n

J'avais découvert  Sebastian Fitzek grâce à Philippe qui avait parlé de Thérapie, que j'avais lu et adoré. Quand j'ai vu sur l'étal de mon bouquiniste préféré le nom de Fitzek, j'ai pris le livre sans me poser de questions. Tu ne te souviendras pas est un thriller allemand pas forcément très halletant.

Robert Stern est un célèbre avocat, tenace pas très commode, un vrai dur à cuire qui a tendance à défendre des types peu recommandables. Grâce à sa petite amie, Carina, qui travaille dans un hôpital, il va faire la rencontre d'un jeune garçon de 10 ans, Simon. Simon, atteint d'une tumeur au cerveau, a besoin de Stern car il dit qu'il a tué des personnes il y a quinze ans... Avant sa naissance donc. En fait, il a fait une séance d'hypnose à l'issue de laquelle il a vu tous ses crimes. Personne ne le croit jusqu'à ce qu'il emmène Stern sur les traces de tous les cadavres. La police suspecte donc Stern puisqu'il se trouve toujours le premier sur les scènes de crime. Parallèlement, on revient de 10 ans en arrière pour nous raconter l'histoire de Stern qui a perdu son fils âgé de quelques jours. Les deux histoires vont se recouper puisque un maître-chanteur va obliger Stern à poursuivre l'enquête sur les crimes commis par le "moi d'avant" de Simon. Pour que Stern morde à l'hameçon, le maître-chanteur lui montre un dvd sur lequel il voit Félix mourir et une mise en scène qui pousse à croire que Félix n'est pas mort.

Au début, j'étais prise par l'histoire avec cette idée qui me titille: la réincarnation est-elle possible? Y-a-t-il vraiment une mutation des âmes? Et puis, au fil du roman, l'histoire s'étiole. Il y a trop d'éléments imbriqués; on a l'impression que l'auteur tente de raccomoder des parties du roman avec des gros subterfuges. On s'essouffle. J'avais hâte de terminer car je me suis sentie perdue et embrouillée. Et au final, le thriller retombe comme un soufflet. On se doute de ce qui va arriver parce que ce n'est pas tellement original. On voit l'auteur venir avec ses gros sabots pour nous délivrer une fin qu'on avait déjà pressentie. Il y a quelques effets qui ressemblent beaucoup à Thérapie

Je suis globalemnt déçue car au fond, l'auteur ne traite pas du sujet de la réincarnation. C'est ici un prétexte. Malgré les quelques références mises en exergue avec des citations à chaque début de chapitre, je n'ai pas trouvé que c'était travaillé. Contrairement au roman Le sixième sommeil de Werber qui base son thriller sur une histoire purement imaginaire mais richement documentée. Au bout du compte, on se pose des questions, on s'interroge. Avec Tu ne te souviendras pas, il n'y a aucue réflexion post-lecture. On ferme le livre... et basta, on ne s'en souviendra pas...