20 juillet 2017

Le temps est assassin de Bussi

On m'a beaucoup vanté Bussi ces deux dernières années. Je n'avais pas eu l'occasion de me pencher sur cet auteur. On m'a prêté Le temps est assassin. Un titre plutôt poétique. Un titre un peu "mistral gagnant". Qui n'a pas eu la chanson de Renaud en tête à la lecture de ce titre? "Le temps est assassin, il emporte avec lui les rires des enfants... et les "Mistral gagnant""...   Le début du roman se situe en 1989 où on rencontre Clotilde, une jeune ado rebelle en vacances en Corse avec ses parents et son frère Nicolas, le... [Lire la suite]

18 juillet 2017

Article dans lequel la lectrice demande une fois encore à Monsieur Puértolas de l'épouser

Cher Romain,Je suis tombée sous le charme depuis L'extraordinaire voyage du fakir. J'aime tes titres à rallonge. J'aime tes histoires. J'aime ton humour. Epouse-moi. J'ai adoré Re-vive l'empereur qui t'a permis une fois encore de monter dans mon estime. Monsieur Puértolas je vous aime. Epousez-moi. J'ai craqué pour Tout un été sans facebook. Et j'ai ri, j'ai ri.. Femme qui rit., cher Romain... Romain Puértolas épouse-moi. Ce sera toi ou personne. Passe-moi les menottes la bague au doigt. (Le petit Romain est policier. Quand on... [Lire la suite]
15 juillet 2017

La mort du roi Tsongor de Laurent Gaudé

En fin d'année, il n'est pas rare de trouver dans notre casier des livres. J'ai trouvé il y a quelques temps le roman de Laurent Gaudé: La mort du roi Tsongor. J'avais découvert Laurent Gaudé il y a quelques années lorsqu'un extrait du Tigre bleu de l'Euphrate était tombé à l'écrit du bac français. Le sujet avait fait polémique: la presse s'était acharnée contre les lycéens se moquant de nos chères têtes blondes qui avaient cru que le tigre était un animal et non le fleuve. Les journaleux s'étaient précipités comme des rapaces sur... [Lire la suite]
28 juin 2017

Le sommeil...ami ou ennemi?

Alors oui... on peut me huer. Je n'avais jamais lu jussqu'à ce jour un seul roman de Bernard Werber. Oui... même pas les Fourmis. Oui, huez-moi. J'ai donc récemment lu, le verbe dévorer siérait davantage, Le sixième sommeil.  J'ai découvert ce roman grâce à Lexie Blush.   Attention digression narcissique... Tout ce qui concerne le sommeil, l'inconscient me fascine. Il faut aussi dire que la nuit et moi ne vivons pas un amour complètement fou: - Je fais des cauchemars: course-poursuites, SS, camps de concentration,... [Lire la suite]
25 juin 2017

Qui dira la souffrance d'Aragon de Gérard Guégan

"Je l'aimerai toujours et, à rebours, je me détesterai toujours autant. Comprenne qui pourra. Tu sais, mon petit, on ne devrait jamais couper le cordon... le trait d'union, si tu préfères, ce fil d'Ariane qui nous lie à notre jeunesse. Le seul impossible qui aura jamais compté: la traversée des apparences...." Par principe, quand je vois le nom "Aragon", j'achète.  J'ai réalisé deux mémoires sur lui donc ça laisse quelques traces. J'ai une profonde affection pour cet auteur, même si je préfère largement le poète au romancier.... [Lire la suite]
06 juin 2017

Kinderzimmer de Valentine Goby

Il y a quelques années, à sa sortie, j'avais eu très envie d'acheter le roman Kinderzimmer de Valentine Goby. Comme j'étais déjà dans un lecturothon thématique, "le nazisme et l'écriture des camps", j'avais décidé de faire une petite pause pour reposer mon cerveau. Depuis 4 ans, j'ai enchaîné les lectures de romans sur l'univers concentrationnaire sans jamais retomber sur Kinderzimmer. Et, lors de ma dernière escale à Bécherel, quand mon regard s'est posé sur cette couverture épurée: un landau vide dans  un terrain vague, j'ai... [Lire la suite]

04 juin 2017

Parce que je t'aime de Musso

J'ai voulu, il y a quelques temps, mettre au défi les préjugés, les a priori sur un auteur un peu récrié: populaire mais mis au pilori par la critique. J'ai voulu situer la part de vérité, vérifier s'il ne s'agissait pas d'un snobisme élitiste qui poussait les anti-Musso à le mépriser. J'avais lu 7 ans après et ma lecture avait été mitigée. J'ai donc opté pour Parce que je t'aime car c'est le livre préféré de ma petite soeur. Et, sil ya une chose que j'adore faire, c'est lire les livres "coup de coeur" des gens qui me sont proches,... [Lire la suite]
12 mai 2017

La servante du seigneur de Jean-Louis Fournier

Jean-Louis Fournier, dans son roman La servante du seigneur manie avec brio l'humour noir. Il mêle à la fois la satire, l'ironie, le sarcasme au désespoir et à la tristesse.  « L’humour est un antalgique, on l’utilise quand on a mal. »    A première vue, on pourrait croire qu’une personne qui a recours à l’humour en permanence est une personne enjouée. Ici, l’humour est une mise à distance, un regard cynique vis-à-vis de la vie. Quand le narrateur-auteur utilise l’humour, ce n’est pas avec... [Lire la suite]
10 mai 2017

La vie en mieux d'Anna Gavalda

  Je suis une lectrice assidue d'Anna Gavalda. Cela a commencé au lycée avec Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part et Je l'aimais. Et puis, durant mes études, j'avais été très emballée par Ensemble c'est tout que j'avais lu en quelques heures malgré l'importance du pavé. J'avais remis cela avec La Consolante.  Et puis, j'ai été déçue par un extrait de Billie donc j'avais refusé d'acheter le bouquin. J'ai voulu retenter l'expérience avec La Vie en mieux. L'extrait... [Lire la suite]
20 avril 2017

Les Hauts du Bas de Pascal Garnier

Je ne connaissais pas du tout Pascal Garnier avant de tomber sur l'un de ses romans dans ma petite librairie préférée. Il y avait une note de mon libraire sur ce roman: "cynique, cruel et drôle" ou quelque chose comme ça. L'avis était bien plus long mais ce sont les mots que j'ai retenus et qui m'ont invitée à acheter le livre sans prendre le temps de lire la quatrième de couverture; chose que de toute façon, je ne fais quasiment jamais.. J'ai donc acheté Les Hauts du Bas et je me suis régalée. Je partage l'avis de mon libraire:... [Lire la suite]