01 mai 2018

Des romans et des hommes

Les hommes de ma vie s'appellent Philippe (Delerm), David (Foenkinos), Eric-Emmanuel (Schmitt), Marcel (Proust), Emile (Zola), Louis (Aragon), Grégoire (Delacourt), Romain (Puértolas) ou encore Patrick (Modiano). Ce sont mes amants littéraires réguliers. Je ne leur suis jamais infidèle. Je cumule leurs productions de façon compulsive.  Ces derniers temps, j'ai passé de longues heures ensoleillées avec certains de ces hommes entre mes mains. J'ai parfois atteint le ravissement ultime, le plaisir inouï, et à d'autres moments, est... [Lire la suite]

28 août 2017

Concerto à la mémoire d'un ange d'Eric-Emmanuel Schmitt

Concerto à la mémoire d'un ange est un recueil de quatre nouvelles d'Eric-Emmanuel Schmitt. Cet homme sait tout faire: romans, nouvelles, théâtre. Et il le fait bien. Il s'intéresse et est calé dans de nombreux domaines: musique, arts, sciences... Et j'en passe. Comme dans tout recueil de nouvelles de Schmitt, il y a un fil rouge. Ce ne sont pas des textes mis les uns à la suite des autres. Chaque recueil possède une vraie unité. "Quand devenons-nous celui que nous devons être? Dans notre jeunesse ou plus tard? Adolescents [...]... [Lire la suite]
24 août 2017

Trilogie de l'été sous l'égide d'Eric-Emmanuel Schmitt

Pour le challenge de Philippe, il faut lire une trilogie ou trois livres d'un même auteur. Je suis allée au-delà de la trilogie puisque ma nouvelle obsession s'appelle Eric-Emmanuel Schmitt qui me rappelle ma folie Modiano d'il y a quelques années (obsession qui n'a pas disparu mais qui a été soignée après avoir fait étudier Dora Bruder à mes premières il y a quelques années). Aujourd'hui, c'est la Schmittomanie qui a pris le relais. Je me suis raisonnée: Non, Blondie... Tu ne peux pas faire étudier un roman de Schmitt, une pièce... [Lire la suite]
25 février 2017

La femme au miroir de Schmitt

"Tuer qui que ce soit, c'est s'attaquer à la vie. Personne n'a le droit de le faire."       La femme au miroir de Schmitt est un pavé; un bon gros roman... un gros roman seulement. J'adore Eric-Emmanuel Schmitt: c'est visible ici, là ou encore là, et finalement ici. La femme au miroir se compose comme un triptyque: l'histoire d'Anne, celle d'Hanna, celle d'Anny à des époques bien distinctes: la Renaissance, le début du XX° et l'époque ultra-contemporaine. Je parle de triptyque mais l'dée d'un triptyque tournant... [Lire la suite]
10 janvier 2017

le mardi sur son 31

En ce moment, je lis La femme au miroir de Schmitt.   A la page 31, on peut lire cet extrait: "Mon ventre est plat, plus plat qu'avant nos noces, voire creux, depuis que les marches, ces voyages, nos exercices en chambre ont accentué sa maigreur. A l'hôtel, une fois le déjeuner achevé, dès que Franz va fumer en compagnie des hommes, je remonte dans notre suite, me déshabille devant la glace de l'armoire et me scrute: rien ne pointe. J'appréhende déjà les mines chagrinées des parents, tantes et oncles Waldberg. Remarque, ils... [Lire la suite]
30 septembre 2016

Les deux messieurs de Bruxelles d'Eric-Emmanuel Schmitt

 Les deux messieurs de Bruxelles est à la fois le titre du recueil de nouvelles mais aussi celui de la plus longue: celle qui inaugure le livre. Eric-Emmanuel Schmitt m'a, une fois de plus, ravie. Le style est parfois enlevé, d'autres fois beaucoup plus sombre, quelquefois sardonique et de bout en bout excellent. Toutes les nouvelles ne se valent pas mais peu n'ont pas suscité mon intérêt (une seule en fait). Ce que j'ai beaucoup apprécié dans ce recueil Les deux messieurs de Bruxelles, c'est que... [Lire la suite]
25 septembre 2016

Eric-Emmanuel Schmitt: Ulysse from Bagdad

Ce n'est plus un secret pour personne... J'adore Eric-Emmanuel Schmitt. J'ai acheté Ulysse from Bagdad sans grande conviction. J'avais peur de ne pas aimer, de ne pas être embarquée par l'histoire... Et pourtant... Saad Saad est Irakien. Il vit sous le régime monstrueux de Saddam Husein. Et puis éclate la fameuse guerre du golfe. (la première guerre que j'ai connue en fait. J'avais 6 ans. Je voyais les images à la télé, j'entendais ma famille parler. J'avais saisi que le méchant était Saddam Husein. Comme on ne m'expliquait rien,... [Lire la suite]
05 septembre 2016

E-E Schmitt: Lorsque j'étais une oeuvre d'art

   [Republication]       Ce roman a une trame hyper simple: un raté veut se suicider. Il est interrompu par un artiste qui va le transformer en oeuvre d'art. Malgré l'histoire très simple, ce roman soulève de nombreuses questions très complexes philosophiques. C'est un vrai roman à tiroirs car tous les noms sont symboliques, chaque thème renvoie à une question précise, le tout s'emboîtant de façon harmonieuse et cohérente. Comme Eric-Emmanuel Schmitt sait le faire. ... [Lire la suite]
28 août 2016

Eric-Emmanuel Schmitt: La part de l'autre

 [Republication]   C'est LE roman que, définitivement, j'aurais aimé écrire.    Il y a deux quatre ans, un de mes lycéens m'en avait parlé. C'était un élève qui ne lisait pas beaucoup et il avait été emballé par ce roman. Je m'étais dit qu'il fallait que je le lise. J'ai mis le temps...  J'ai juste envie de lui dire auourd'hui: " Merci  beaucoup, cher élève, adoré!" (Je ne suis pas très pro; j'aime bien m'investir émotionnellement. Ce n'est pas de ma faute si j'aime... [Lire la suite]