19 avril 2017

84, charring cross road d'Helene Hanff

84, charring cross road est un recueil de lettres d'Helene Hanff publié en 1970. On ne peut pas parler de roman épistolaire dans la mesure où les lettres sont réelles et elles ont été publiées. Les personnages ne sont pas fictifs puisqu'on a bien la signature d'Helene Hanff, son adresse. Et, à la fin du livre, on a les remerciements d'H. Hanff à la famille de Franck (son destinataire) qui a donné les droits et l'autorisation à la publication des correspondances...  Comme je le disais, 84 charring cross road est une... [Lire la suite]

04 mars 2017

Correspondances amoureuses et surtout cochonnes...

Si j'ai acheté le recueil Correspondances amoureuses dirigé par Nathalie Rykiel, c'est parce que j'adore les relations épistolaires. J'ai même créé un challenge autour de ce thème. Je m'attendais à du lyrisme, à de l'explosion passionnelle... et comme on peut le voir dans mon titre, je n'y ai trouvé que des lettres cochonnes. C'est drôle au début. Et, au fil de la lecture, on se lasse. Après lecture, j'ai même été déçue par certains auteurs que je voyais comme "purs". Il y a des extraits de correspondances qui ne cassent pas des... [Lire la suite]
12 février 2017

Challenge "en toutes lettres".

Je ne sais pas si on peut parler de "challenge", ou de défi, ou si l'on peut davantage parler d'une envie de recenser des articles autour de la littérature épistolaire. J'ai toujours aimé le format de la lettre. Qu'il s'agisse de romans fictifs purement épistolaires, ou de publications de lettres réelles. Je m'aperçois que dans mon quotidien, l'envoi de lettres a toujours été primordial. J'aime écrire. J'aime surtout écrire à. Par dérivation, à l'heure actuelle, j'envoie davantage de mails; il n'empêche que je les soigne autant que... [Lire la suite]
04 septembre 2016

Mitsou de Colette

Oui, encore et toujours... Colette. Dès que je vois un de ses romans chez les libraires et les bouquinistes, je fonds. J'achète un Colette comme j'achète une viennoiserie. Avec la même envie, le même plaisir et la même délectation au final. Dans Mitsou, Colette nous plonge dans l'univers du cabaret où notre protagoniste a une grande renommée. Un jour, une de ses camarades de loge pas farouche pour deux sous et plus tôt de moeurs légères, fait rentrer deux militaires. Elle les cache dans la loge de Mitsou qui, bien plus élégante et... [Lire la suite]