12 mars 2017

Puisque rien ne dure de Laurence Tardieu

J’ai d’abord été attirée par le titre Puisque rien ne dure. Le roman de Laurence Tardieu traite de l’aspect éphémère de l’existence, des êtres, des choses. Le titre expose l’homme dans son rapport avec le temps. Une fois n'est pas coutume, j'ai lu la quatrième de couverture et j’ai senti que Puisque rien ne dure était fait pour moi : « Je meurs voilà ce qu’elle m’écrit Vincent je meurs viens me voir viens me revoir une dernière fois que je te voie que je te touche que je t’entende viens me revoir Vincent je... [Lire la suite]

20 février 2017

Et si on parlait... fantômes

Le fantôme lie deux éléments complètement opposés à savoir: la mort et le mouvement. En effet, pour qu'un fantôme existe, il faut que la personne soit morte. Et, s'il y a fantôme, c'est que le mort n'est plus complètement mort. Mais, il n'est pas vivant non plus. C'est l'absent-présent, l'inerte-mouvant... Il se trouve à la charnière entre deux mondes opposés. Nathacha Appanah, dans Petit éloge des fantômes, exploite ce filon et montre aussi bien le fantôme dans sa conception littérale que dans un sens assez métaphorique... ... [Lire la suite]
26 août 2016

Marcel Proust: Albertine disparue

[Republication]  Albertine disparue de Proust.          « Albertine est partie » est la phrase qui résonne et qui va accentuer la souffrance et l’esprit torturé du Narrateur.  Comme l'écrira si bien Aragon des années plus tard: "Il n'y a pas d'amour heureux"... Alors à quoi bon vouloir être heureux en amour. On retrouve l’éternelle ambivalence proustienne : lorsqu’Albertine était présente, il s’en ennuyait, une fois partie, il la regrette et... [Lire la suite]