24 avril 2017

Le meurtre d'O-Tsuya de Tanizaki

J'aime beaucoup la littérature asiatique. Je suis toujours soufflée par le style délicat et poétique, la pudeur, la retenue de l'expression. J'ai lu pas mal de livres de Tanizaki et j'ai toujours bien aimé sa façon d'écrire ainsi que ses textes. Avec Le meurtre d'O-Tsuya, je n'ai rien retrouvé de tout ce que j'aimais et qui me plaisait chez Tanizaki. Shinsuke tombe amoureux de la fille de son patron, la sublime O-Tsuya. Il n'ose pas dévoiler son amour, par la peur d'être repoussé et surtout à cause de la situation sociale... [Lire la suite]

26 février 2017

A-t-on vraiment la vie devant soi?

La vie devant soi est un roman d'Emile Ajar (soit Romain Gary) publié et primé par le Goncourt en 1975. J'avais lu Les racines du ciel de Romain Gary ainsi qu'un extrait des Cerfs-volants. J'avais bien apprécié ces moments de lecture. Avec le roman La vie devant soi, mon ravissement a encore grimpé d'un niveau. Madame Rosa est une octogénaire obèse, juive -rescapée des camps de concentration-, ancienne prostituée. Cette vieille femme rongée par un début de folie et par une fatigue incommensurable, garde des enfants. Pas n'importe... [Lire la suite]
20 février 2017

Et si on parlait... fantômes

Le fantôme lie deux éléments complètement opposés à savoir: la mort et le mouvement. En effet, pour qu'un fantôme existe, il faut que la personne soit morte. Et, s'il y a fantôme, c'est que le mort n'est plus complètement mort. Mais, il n'est pas vivant non plus. C'est l'absent-présent, l'inerte-mouvant... Il se trouve à la charnière entre deux mondes opposés. Nathacha Appanah, dans Petit éloge des fantômes, exploite ce filon et montre aussi bien le fantôme dans sa conception littérale que dans un sens assez métaphorique... ... [Lire la suite]